Un vêtement qui vous va à merveille en toutes circonstances? Pas-à-pas d’un patron de base

C'est la magie du sur-mesure...

Mais d’abord, la couture sur-mesure, c’est quoi ?

Coudre sur-mesure, c’est coudre un vêtement à ses mensurations exactes, tout en y ajoutant l’aisance naturelle du corps pour pouvoir bouger, ainsi que l’aisance du vêtement choisi.
Ainsi, c’est la coupe du vêtement, sa fluidité, son style, etc. qui vont conditionner l’aisance à ajouter aux mensurations.
Résultat : vous aurez un vêtement qui vous sied parfaitement. Il sera ajusté, tout en étant confortable. Le bonheur J  Et en prime, il aura la forme que vous souhaitez dans le tissu désiré. Fini les robes trop longues (ou trop courtes, n’est ce pas Vivie J), les tissus qui grattent, les dessous de bras qui baillent, vive le sur-mesure !

Le Sur-Mesure, c’est top, mais comment on s’y prend ?

D’abord, le patron de base….

Késako ?
Le patron de base est « le développement, sur une surface plane, des formes du corps. […] Reproduit dans une étoffe, celle-ci doit recouvrir le corps sans produire de faux-plis et sans gêner les mouvements d’aucune part ».( source : Line Jaque – La Technique de la Coupe).  C’est ensuite sur cette base que l’on va dessiner le vêtement de vos rêves : le tailleur qui vous mettra en valeur, la robe de Mariée au dos échancré,…

Il existe de nombreuses méthodes pour dessiner un patron de base. Ma démonstration se basera sur la réalisation d’un patron de base de corsage sans manche selon la méthode de Line Jaque (pour plus d’informations voir ici le POST sur son livre ou cliquez su l'image ci-contre). Ca vous tente ? Alors c’est parti !

Etape 1 = Les mensurations

Tout d’abord, on relève ses mensurations. Il en faut 14 (et oui, quand même !) allant des classiques tour de poitrine, taille, etc… à carrure dos, carrure devant, etc… C’est important ici de s’appliquer et de prendre son temps, car ce sont les fondations pour réussir votre patron J

Etape 2 = traçage du patron DOS et DEVANT

On obtient alors une description du haut de son corps en 14 mesures.
Je vous dispense des calculs, traçage, etc. (vous trouverez tout cela dans le livre de ladite méthode). On prend alors une grande feuille quadrillée –ou pour moi kraft – et on dessine son patron. Il y a là quelques variables dépendant de la « conformation » (en anglais anatomy – vous comprendrez mieux le sens de ce terme)  de la personne, mais ça, c’est tout l’art de la professionnelle de savoir interpréter le corps sous forme de chiffres J

On obtient alors un tracé de son patron de base, version UNE. Pourquoi « version UNE », parce qu’on va peut-être devoir en faire beaucoup d’autres versions pour obtenir un résultat quasi-parfait (je laisse le « parfait » pour les pros, personnellement « quasi-parfait » m’ira très bien 🙂

Patron de base, traçé
Patron de Base, traçé

Puis la Toile….

La toile, c’est la traduction de la version papier dans une étoffe basique, qu’on va pouvoir essayer et modifier si besoin.

Etape 3 = préparation de la toile

Basé sur ce très joli tracé, on décalque le tout (et oui, pas question de le découper et de l’utiliser tel quel, sinon adieu la possibilité de le modifier…), et on le transfère sur un tissu COTON non extensible. Un truc pas cher, ok ? Mais j’ai pas dit miteux quand même J Là dans mon exemple j’ai recyclé un vieux drap de bébé.

patron de base, DEVANT

Ensuite, on marque l’ensemble des pinces (l’art du sur-mesure se trouve principalement dans le jeu de pinces qui va permettre au tissu en 2D de devenir de la 3D). Personnellement je ne me casse pas la tête : je marque mes points avec une grosse épingle à travers le calque et les 2 épaisseurs de tissus et ensuite quand j’enlève le tout, je repère les petits trous que je marque au feutre. Je les prépare ensuite en les prémarquant au fer et en les épinglant.

Patron de base, Pièces de la Toile prête pour bâtir les pinces

Vous noterez (pour les connaisseurs) que mon DEVANT est composé de 2 morceaux : la toile étant pour moi-même, je n’ai d’autre possibilité que de mettre une fermeture éclair devant pour pouvoir procéder aux essayages J

Etape 4 = assemblage de la toile.

On coud ensuite toutes les pinces vers l’extérieur (4 pour le dos et 4 pour le devant).

Je choisis un fil contrasté afin de bien pouvoir repérer les coutures quand j’aurais besoin de les découdre. Et je couds en point long (4 ou 4,5 cm) afin que ce soit facile à découdre. On Appelle ça faire un bâti.

Toile prête à être assemblée

Je pose ensuite la fermeture éclair sur le devant (Séparable… je précise parce que la première fois, j’avais commencé avec une non-séparable, et bah pour l’essayage, on fait mieux J

Puis j’assemble les épaules, et les côtés. TADAM !

Toile sur mannequin

2 remarques importantes à ce stade :

Tout d’abord, notez que le patron à mes mesures est ici sur un mannequin qui n’est pas parfaitement à mes mesures. C’est pourquoi il y a de nombreux plis.
Ensuite, notez bien qu’une toile ne se veut pas « belle ». Elle se veut utile pour ajuster le patron de base. Ce que vous voyez donc ici est un outil de travail pour la suite.

Etape 5 = essayage et modifications

La première version de la toile étant réalisée, il convient de l’essayer pour pouvoir procéder aux ajustements nécessaires. Comprenez en gros : passer de la théorie à la pratique J

Voici quelques photos qui vous permettent de vous rendre un peu compte de ce que ça donne pendant cet exercice.

Pour le dos d’abord :

Toile - carrure dos

Ici la Carrure Dos semble bonne, il n’y a pas de plis disgracieux. Les plis derrières les bras sont normaux : ils sont nécessaires pour pouvoir ensuite bouger.

Toile vue de dos

Il y a quelques plis en travers de la taille : il convient de la reprendre en faisant des pinces légèrement moins profondes.

Pour le devant maintenant :

Toile vue de face

Le devant blouse légèrement au niveau du ventre. Même problème que pour le dos donc : la taille est un peu trop serrée, il faut faire des pinces moins profondes.

Pour la poitrine et le cou, c’est ok.

Pour l’emmanchure et l’épaule enfin :

Toile vue de l'épaule

Ici tout tombe parfaitement. Mais ce n’est pas magique, j’ai dû reprendre la pince poitrine lors de la toile précédente. Maintenant c’est impec 🙂 J’ai personnellement toujours des hauts qui baillent à ce niveau, quand je prends des vêtements du commerce….

Etape 6 = Ajustement de la toile et report sur le patron

L’essayage de la toile permet de noter l’ensemble des ajustements à réaliser sur le patron.

Dans notre exemple, nous allons seulement élargir la taille au dos et devant.

D’où viennent ces écarts ?

Cela peut venir d’une erreur de prise de mensurations (est-ce que j’ai rentré le ventre en prenant mon tour de taille lol) et/ou de spécificités de la conformation de mon corps. (comprenez ici : ma façon de me tenir, mon anatomie).

On reporte donc les modifications sur le patron papier et on découd et recoud la toile en tenant compte de ces nouveaux ajustements.

Etape 7 = répétition des étapes 5 et 6

On procédera à l’essayage et à de nouveaux ajustements autant de fois que nécessaire, jusqu’à que le résultat soit impeccable.

A l’issue de cet exercice, qui peut se révéler assez long et fastidieux (mais oh! combien gratifiant), nous obtenons un patron de base à nos mesures, que nous ne changerons plus et grâce auquel nous pourrons réaliser tout type de Haut au tombé parfait.

Au prochain épisode, je vous présenterai la transformation de ce patron de base dans un joli TOP fait-maison, et bien sûr, à mes mesures. Et pourquoi pas, aux vôtres ? Notez bien que j'aurais très bientôt besoin de cobayes... volontaires 🙂

J’espère que cette petite démo vous a plu, je vous souhaite une très belle semaine et rendez-vous lundi prochain pour la suite...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Auteur de l’article : Atelier Oli&jO

Créatrice de l'atelier OliandjO, entrepreneuse motivée à toute épreuve, je partage avec vous le où, comment, pourquoi de cette belle aventure.

5 commentaires sur “Un vêtement qui vous va à merveille en toutes circonstances? Pas-à-pas d’un patron de base

    Capiste

    (16 février 2017 - 15 h 12 min)

    Merci pour ce pas à pas !
    Je crois que pour progresser il faut moi aussi que je passe par cette étape !

    Et pour les cobayes…je veux bien en être !

      Oli&jO

      (16 février 2017 - 15 h 14 min)

      Bonjour Capiste, c’est bien noté 🙂 Je te conseille en effet de te lancer, c’est une étape dans l’apprentissage qui est vraiment passionnante 🙂

    aiguillesduherisson

    (21 février 2017 - 12 h 20 min)

    Ta démo est super!
    ça donne envie de se lancer, mais j’ai peur de ne pas avoir assez de rigueur pour que l’exercice soit concluant chez moi!

      Oli&jO

      (21 février 2017 - 21 h 01 min)

      Franchement, ça vaut tellement la peine, le résultat vaudra tous tes efforts !

    Carole bueil

    (10 septembre 2017 - 8 h 37 min)

    Juste super ce poste !!!!

Et vous, vous en pensez quoi ?